Présentation

logo_parachute_quadri1-300x142

L’association PARA-CHUTE a été créée en 1997 à l’initiative d’un médecin généraliste bailleulois. Il avait parmi ses patients plusieurs personnes dépendantes de produits psycho-actifs. Face à la demande croissante des usagers, l’association fut créée. L’objectif était d’aider les usagers à se réapproprier le temps de vie disponible suite à l’arrêt des consommations, notamment par l’animation d’ateliers divers (cuisine, randonnée, musculation, photo…). Ceux-ci étaient encadrés par des bénévoles et des salariés en contrat aidé, souvent anciens usagers de drogues.

Progressivement l’équipe s’est professionnalisée afin de diversifier les réponses aux problématiques rencontrées. Une consultation « cannabis » a été mise en place en 2005 à Bailleul. Elle deviendra « consultation jeunes consommateurs », une nomination plus appropriée.

En 2006, l’association créée une antenne de la consultation sur Hazebrouck afin d’étendre les consultations et de répondre aux problèmes de mobilité du public. L’équipe a continué de s’étoffer et a reçu en Mars 2009 l’agrément pour créer un C.S.A.P.A. (Centre de Soin d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) qui se nomme « La Rose des Flandres ».

rose_des_flandres

 Le CSAPA « LA ROSE DES FLANDRES ».
Qu’est-ce qu’un Centre de Soins et de Prévention en Addictologie ?

Un C.S.A.P.A. assure l’accueil, l’information, l’écoute, l’évaluation médicale et psycho-sociale, l’orientation et le soutien de toute personne ayant un usage de substance psycho-active ainsi que l’accompagnement de son entourage (proches, parents, amis,…)

Le centre peut mettre en place des consultations de proximité afin de repérer plus précocement l’usage nocif.*

Il assure le soutien et l’accompagnement aux soins, l’accès aux droits sociaux et l’aide à l’insertion ou à la réinsertion. *

Le CSAPA peut également prendre en charge des personnes présentant des addictions sans substances.*

* Décret n° 2007-877 du 14 mai 2007 relatif aux missions des centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie

Que vous propose « la Rose des Flandres » ?
L’association a reçu l’agrément permettant la création du centre de soins en mars 2009.

L’équipe du C.S.A.P.A. est composée d’un médecin, de psychologues, de travailleurs sociaux et d’une infirmière. Elle travaille en partenariat avec d’autres structures (addictologie, réinsertion sociale, justice,…) afin de répondre au mieux aux attentes des usagers et de leur entourage. Le centre a développé son réseau principalement sur le territoire de la Flandre intérieure afin d’assurer une certaine proximité avec ses différents partenaires locaux (EPSM des Flandres à Bailleul, C.S.A.P.A. « Sémaphore » d’Hazebrouck, CPAM d’Armentières… médecins de ville…), mais aussi avec des partenaires plus éloignés (centres thérapeutiques résidentiels, services judiciaires et administratifs…).

L’activité du centre se décline en 4 activités principales :

  • la consultation « jeunes consommateurs »,
  • l’aide aux soins,
  • la prévention et la réduction des risques liés à l’usage de substances,
  • le centre de délivrance de traitement de substitution aux opiacés par la méthadone

Le centre accueille toute personne en questionnement sur les addictions.

Sa politique vise à faciliter l’accès aux soins ainsi que l’insertion socioprofessionnelle, sensibiliser la personne sur la réduction des risques liés à l’usage de substances en donnant de l’information sur les addictions. Cela passe par des messages de prévention en milieu scolaire, festifs, mais aussi par l’éducation à la santé et la distribution de matériel de réduction des risques (préservatifs, matériel stérile d’injection…). Le centre de soin développe également l’accès à l’information, aux droits et à la culture.

L’anonymat et la gratuité des consultations :

Le centre prévoit l’anonymat et la gratuité des soins conformément à la loi*. La personne peut, si elle le souhaite, utiliser un pseudonyme comme moyen d’identification. Chaque entretien qu’un usager peut avoir avec l’un ou plusieurs professionnels de l’équipe est gratuit, cela inclut les consultations médicales dans le parcours de soins.

*Loi du 31 Décembre 1970 relative « aux mesures sanitaires de lutte contre la toxicomanie et la répression du trafic et de l’usage illicite de substances vénéneuses».

 

carte

 

Principes généraux sur les addictions.

Qu’est-ce qu’une addiction ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit l’addiction comme « un état de dépendance périodique ou chronique à des substances ou à des comportements ».

On pourrait assimiler la notion d’addiction à l’absence de liberté d’un individu face à un comportement. Le sujet se retrouve dans un besoin irrépressible d’exercer un comportement malgré ses efforts et sa motivation pour s’y soustraire. La personne est consciente des conséquences de ses consommations sur elle-même ainsi que sur son entourage.
Une addiction comprend plusieurs problèmes d’ordre biologique, psychologique et social.
Le sujet se retrouve dans la perte de contrôle de son comportement.
La notion d’addiction a été créée en 1990 par le médecin psychiatre Aviel Goodman qui établira une liste de critères relative à celle-ci.
Les répercutions d’une addiction ne se limitent pas à la personne consommatrice, mais affectent aussi son entourage. L’addiction peut exister avec ou sans produits psycho-actifs. On parle désormais d’addiction à internet, aux jeux de hasard, aux troubles du comportement alimentaire (TCA)…

Avant les années 90, on parlait de toxicomanie. La prise en charge était dirigée principalement sur le produit consommé et non sur la personne.
C’est plus tard qu’on considérera la personne comme « malade ». Le soin consiste aujourd’hui à prendre en charge la personne et son comportement vis-à-vis du produit…en intégrant la dimension familiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *